• Ce que l'affaire Closer veut dire

    Ce que l'affaire Closer veut direDonc Closer vient de récidiver en révélant les inclinations sexuelles d'un homme politique (je ne crois pas nécessaire de reprendre ce qui nous est répété ad nauseam). "Récidiver", dis-je, puisque  le même journal avait révélé l'affaire Hollande-Gayet. Ceci nous dit plusieurs choses.

    évolution de la diffusion de CLoserD'abord une formidable futilisation du monde. Elle résulte d'une convergence. Ni les dirigeants économiques, ni les dirigeants politiques ne souhaitent que le simple pékin ne réfléchisse trop. J'ai déjà eu l'occasion d'écrire ici combien était puissant le mouvement en ce sens qui tend à ne faire de nous que des zombies consommateurs: matraquage par la musique partout, anecdotisation générale de l'information dont sans doute le portail yahoo. news constitue la plus consternante des illustrations. Et ceci est mondial.

    Ce que l'affaire Closer veut direGLISSEMENT.- Ensuite, et corrélativement, le glissement du discours public et même des comportements publics vers le people. Sarkozy a témoigné d'une accélération du mouvement mais, en fait, rappelons-nous de Ségolène Royal qui accepte des photos de Paris Match à la maternité, lors de la naissance d'un de ses enfants. Ca n'est pas d'hier. Je devine là derrière comme l'intuition affolée de toute cette sphère des dirigeants qu'elle a résolument perdu contact avec le peuple et qu'il faut le chercher là où les chiffres de vente disent qu'il y a encore un grand nombre. La fascination TF1, c'est cela aussi, la participation à des talk show d'une incroyable vulgarité, c'est cela encore (voir ici)

    Enfin, plus grand nombre, plus grand nombre, faut voir. Le tableau que je publie et qui est celui - accessible à tous - de la diffusion de Closer montre tout de même un effondrement de la vente, mais enfin ça n'est tout de même pas mal.

    Car, troisième observation, il faut se dire que la presse à scandale, jusque là cantonnée dans le "people convenu" - les stars du cinéma et du show business- a bien vu la déconsidération dont souffre le monde politique. Et elle se jette dessus comme sur une vulgaire nana siliconée de la télé réalité. En fait, la presse à scandales nous raconte une évolution de la société. Elle nous tend un miroir. Et notamment, elle tend un miroir au comportement des lecteurs. Car c'est un peu commode aussi de dédouaner le bon million d'acheteurs de l'ensemble de la presse people.

    Je veux bien que l'on proteste dans l'affaire Philippot. Mais je ne suis pas très convaincu que tous les protestataires aient les cuisses propres.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Madeleine Melquiond
    Samedi 20 Décembre 2014 à 12:46

    Je ne trouve pas Mélenchon malin du tout. Il saute d'un sujet à l'autre, il n'a plus de consistance, il tourne à l'histrion.
    C'est pourtant une formidable intuition politique que la VIè République !

    Il ne s'agit pas de moraliser la vie publique, mais de changer des règles du jeu pousse-au crime.
    Le FN se gave et s'engraisse d'être hors système et apartidaire ? Etablissons la proportionnelle.
    Il fera un gros score ? ça ne sera pas pire qu'aujourd'hui. Mon pronostic : les forces centrifuges de ce parti vont se révéler, comme cela advient déjà dans les municipalités qu'il contrôle, malgré la main de fer de la Patronne. Plus on attend, plus il gonfle. le FN ce n'est pas le fascisme ! Les forces vives de l'économie mondialisée ne se mettront pas à l remorque d'un parti qui prône l'autarcie, ce n'est pas du tout comme les industriels allemands qui ont "voté" Hitler en se bouchant le nez.
    La représentation nationale est biaisée, le suffrage universel est au service d'un petit nombre, le pays légal et le pays réel ne coïncident plus. 
    Le fantôme de la IVè république est une absurdité. Notre pays ne serait donc pas capable de pondre une constitution garantissant stabilité et démocratie ? A d'autres ! Les tunisiens en sont capables, mais pas nous ? 
    Cette constitution de 58 est ringarde, démodée. Elle correspond à un état de crise aigüe. En plus elle a été rafistolée cent fois, mais pour aller vers encore plus de prérogatives pour l'exécutif ((quinquennat). Le parlement est aux ordres par le biais de l'articel 49 ter, le vote bloqué de lois fourre-tout dévastatrices ( Macron), le jeu de rôle du bi-partisme.
    Que Philippon soit homo n'a aucune importance ! A quoi ça sert de dire que les lecteurs de Closer n'ont pas les cuisses propres ? Pourquoi donner dans l'ordure ? 

    Madeleine

     

    2
    Samedi 20 Décembre 2014 à 14:14

    D'accord avec beaucoup. Je ne dis nulle part que les LECTEURS de Closer n'ont pas les cuisses propres. Je dis que ceux qui protestent contre la dérive vers ce genre de publications les ont eux-mêmes utilisées (Sarko, etc).

    Je suis absolument d'accord sur Méluche, absolument d'accord sur les institutions,  pas vraiment d'accord avec l'idée que "Les forces vives de l'économie mondialisée ne se mettront pas à l remorque d'un parti qui prône l'autarcie", parce qu'il y a derrière cette formulation l'idée d'une vraie capacité, d'une vraie puissance à s'opposer. Or, ce que je crois, c'est beaucoup plus simplement que nos sociétés ont perdu le contrôle sur elles-mêmes.

    3
    Madeleine Melquiond
    Samedi 20 Décembre 2014 à 22:23

    Je comprends ce que tu ressens. Mais l'évolution des sociétés n'est pas linéaire. En effet, on peut penser qu'elles ont perdu le contrôle sur elles-mêmes, mais dans l'Histoire, des groupes sociaux ou des pays pervertis sont revenus à la raison, comme l'Allemagne après le fascisme. Il y a dans notre pays et ailleurs de vraies capacités à s'opposer qui aujourd'hui n'arrivent pas à s'agréger, à faire bloc.
    Penser sur le long terme et tenir.
    C'est en tout cas ma conviction.

     

    4
    Dimanche 21 Décembre 2014 à 12:45

    Ton optimisme est rafraichissant.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :