• La mondialisation, ça veut dire partout

    La mondialisation, ça veut dire partoutPeu de gens, sans doute, ont été attentifs à des tractations de l'ombre qui se sont déroulées à Bruxelles entre 2013 et 2014. Il s'agissait de faire marche arrière autant que possible sur une disposition passée plus ou moins inaperçue et qui aurait eu pour objet de permettre aux sociétés financières sans le moindre lien avec l'agriculture - par exemple, les sociétés d'assurance ou de banque- de mettre main basse sur une terre qu'elles auraient exploité sans le moindre lien avec la terre. Cela visait, en particulier les vignes.

    Vignes à Saillans (Drôme)On dira qu'après-tout, il n'y a aucune raison que préexiste une manière de lien héréditaire sur le droit d'exploiter, bien que le maintien d'une agriculture familiale soit tout de même la garantie d'une complexe lien social, confus, difficile à définir, pas non plus idéal, mais qui est le ciment d'une certaine société. N'idéalisons rien, ni l'hérédité agricole, ni la supposée vertu des changements radicaux.

    La mondialisation, ça veut dire partoutFAIRE PISSER LA VIGNE.- Non, le vrai argument, particulièrement pour la viticulture,  était le risque de la dénaturation pure et simple du produit, c'est à dire la volonté de "faire pisser la vigne" comme disent les professionnels pour maximiser les profits. Dans un autre domaine, celui de l'élevage, on vient de voir ce que ça donne avec la fameuse ferme aux mille vaches dont on ne parviendra pas à m'expliquer que c'est une situation normale.

    Tout cela était à peu près passé inaperçu, en tous cas du grand public, car la décision était ancienne et on avait habilement pris une échéance lointaine. Dans la grosse année qui vient de s'écouler on a assisté, notamment au Parlement européen, à un rétropédalage affolé, ainsi que dans différentes administrations européennes (l'affaire n'est pas que française et il n'y a pas que viticulteurs français qui paniquaient) et il semble qu'on ait limité les dégâts.

    Et voilà que, par amusement, j'écoute les nouvelles de Radio Canada. Et voici ce que ça donne:

    Comme quoi, ce lien social est bien menacé partout, y compris dans un des pays les plus libéraux du monde.

    Deux choses très liées l'une à l'autre: D'une part, il est évident qu'il y a une tactique de la part des grands groupes qui consistent à proposer des réformes à des échéances extrêmement éloignées, au point La mondialisation, ça veut dire partoutque les parlementaires, sur le coup,  n'y prêtent même pas attention, incertains qu'ils sont d'être encore en fonction à ce moment là. D'autre part, et corrélativement, il serait très intéressant que soit étudiée la folle énergie perdue à réparer des conneries ainsi faites.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :