• Radio days

    Radio daysCeci est un article réactualisé à l'occasion de la mort de José Arthur:

    Il faut me pardonner, les voix ont constitué une bonne partie de mon environnement professionnel. Je pense à Gérard Sire- cette voix incroyablement grave et usée par les cigarettes dont il mourra. Je pense aussi à Jacques Paoli, le père de Stéphane (pas mal non plus du reste). Je pense à Jacques Chapus avec lequel j'ai un peu travaillé à RTL, avec cette voix incroyable éraillée et que j'ai personnellement vu présenter le journal de 18h, une bouteille de whisky à côté de lui qu'il siphonnait. On andre-a.jpg raconte d'André Arnaud - merveilleuse voix d'Europe 1 (Europe midi- photo de droite)- qu'il pouvait entrer dans le studio complètement ivre et qu'à l'instant où il disait "Bonjour" son ivresse avait disparu, du moins pour l'auditeur (Carillon ici). Et puisqu'on est à Europe 1 voici une de ses voix les plus inimitables: Radio daysAlbert Simon qui donnait la météo. Maurice Siegel, le vrais père d'Europe 1 avait eu l'intuition fondamentale qu'en radio le timbre de voix est essentiel et, malgré la voix catastrophique de ce malheureux Albert Simon, il l'a laissé des années à l'antenne. Le RTL de jadis - on l'a peu remarqué- a été largement composé par des équipes du grand France-Soir (Jacques Chapus, Henri Marque,etc...) qui avait un sens extraordinaire du "populaire". A Lyon s'est longtemps trouvé un correspondant très talentueux et confraternel , ancien d'Algérie dont il avait ramené un racisme rédhibitoire - il est inutile que je donne son nom- mais qui avait ce sens du "popu". Je me souviens d'une affaire de chien - le chien Titus- qui avait sauvé son maître dans une grotte en Chartreuse. RTL a fait une place à l'affaire dans chacun de ses flashes pendant une journée.

    Radio daysCeci dit, me reviennent bien de conversations avec Laurence Lacour (photo), l'envoyée spéciale à l'époque d'Europe 1 dans la Vologne au moment de l'affaire Grégory qui fut à ce point outrée des excès de ce genre de pratiques qu'elle quitta la profession et donna un très bon livre sur l'affaire: Le bûcher des innocents où elle montre ce que la pression médiatique avait fait faire à des personnes impliquées dans l'affaire. Je me revois embauché à RTL: le rédacteur en chef de l'époque m'amène devant une carte, pointe Genève et de son doigt dessine un territoire qui allait au nord jusqu'à Mulhouse et à l'Est jusqu'à Vienne en Autriche. Et il me dit: "dans ce coin là on est un peu faible..." Et effectivement, je songe à des coups de téléphone comme celui-ci, bien sûr à 3 heures du matin: le Paris- Milan s'était couché en gare de Martigny. Les ordres étaient clairs: "Tu nous fait un truc pour 6h, 6h30 et 7h". J'ai du expliquer que j'étais à deux bonnes heures de Martigny.  Une autre fois, j'appelle à propos de je ne sais quelle affaire qui impliquait des enfants (je n'ai aucun souvenir que ce fut une affaire crapoteuse) et je tombe sur Henri Marque qui me dit: "Ah ouais, c'est bon ton truc, les gamins ça marche toujours."

    Radio daysCe qui reste pour moi assez mystérieux, c'est que le patron qui façonna RTL fut Jacques Rigaud, un homme d'une immense culture, directeur de cabinet entre autres de Jacques Duhamel qui fut un bon ministre de la culture sous De Gaulle.( Rigaud est mort en 2012). C'est par exemple lui qui décentralisa le TNP à Villerubanne. Je me souviens d'une remarquable série "A voix nue" sur France Culture avec lui qui donnait une mesure de sa culture. Le voir pendant vingt ans PDG de cette radio hyperpopulaire a quelque chose d'exotique.J'ai eu l'occasion d'interviewer l'auteur d'un bouquin sur les radios françaises qui m'a dit que de très loin Jacques Rigaud lui avait paru le plus remarquable. ICI l'indicatif

     

     

     

      A mon grand regret à l'exception de l'indicatif ci-dessus, autant on retrouve très facilement des indicatifs d'émissions de télé- qui ne me parlent pas- autant ceux de radio sont très difficiles à trouver sauf celui-ci: qui est celui de la formidable émission L'Oreille en Coin de Jean Garetto (à droite sur la photo, il est mort à 80 ans, il y a trois ans.) et Pierre Codou à gauche décédé prématurément), un de ces lieux d'excellence qui va révéler tant de talents. Cet indicatif  « Big fat man » était  un titre de Jim Wild Carson (C'est à dire en fait Alain Boublil) composé en 1976.

    Ci dessous une Oreille en Coin de 1971, avec comme invité  de Françoise Morasso, Dominique Strauss-Kahn.Et puis je rajoute une charmante vidéo publicitaire pour l'émission.

     

     

     

     

    Ah si, on peut retrouver l'indicatif de Salut Les Copains: 

    (adaptation de Last Night de King Curtis dont je préfère l'original).

     
     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 26 Mai à 00:52

    Ah oui ! Chapus, c'est la grande époque d'RTL. Que de bons souvenirs :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :