• COMME POUR LES FUNÉRAILLES DE VICTOR HUGO

    COMME POUR LES FUNÉRAILLES DE VICTOR HUGOCOMME POUR LES FUNÉRAILLES DE VICTOR HUGOAux funérailles de Victor Hugo, il y eût jusqu'à deux millions de personnes. Tous les historiens ont considéré que ce fut une grande manifestation politique (en un temps, il est vrai, où les réunions publiques étaient très réglementées et où les funérailles, qui ne l'étaient pas, pouvaient se transformer en meetings). Ce fut une manifestation d'attachement à la République de la part - entre autres participants- de gens qui n'avaient pas lu Victor Hugo parce que la lecture était moins commune, parce que les livres étaient chers, etc.

    Qu'a-t-on retenu? Le chiffre, c'est tout: deux millions. Il y a gros à parier qu'il y avait dans la foule de parfaits salopards, d'immondes dégueulasses. On s'en fout: il y avait deux millions de personnes. Aujourd'hui, je lis que tout un courant ne veut pas aller à la marche d'hommage aux victimes des deux tueries de Charlie et du supermarché kascher parce qu'il y aura d'infâmes salopards. Oui, ils y seront. Oui, ils y seront pour passer à la télé parce qu'ils ont des campagnes électorales en cours.

    COMME POUR LES FUNÉRAILLES DE VICTOR HUGOEt oui encore, Charlie a, à l'occasion, déconné dans sa ligne éditoriale. Mais on s'en fout quand même. Il y a un principe au dessus de Charlie. Il y a plus que Charlie. Et c'est pour ça qu'il faudra y être. Parce que Charlie a vécu d'un principe qui COMME POUR LES FUNÉRAILLES DE VICTOR HUGOpermet, entre autres choses, de dire merde à Charlie, de l'imprimer, de le faire circuler. Et il faudra y être pour que se retrouve côte à côte des juifs, des musulmans, des chrétiens, des rien-du-tout. En somme, des Français. Et pour que tous ceux là signent la défaite des malades qui ont flingué des dessinateurs et des otages.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :